Organisation des marchés

Traitement des titres

Marchés organisés

Les marchés organisés sont des lieux d’échanges où se confrontent l’offre et la demande de titres. Ce sont donc des systèmes centralisés facilitant les interactions entre les divers agents financiers. Les bourses traditionnelles sont construites sur ce principe et assurent la cotation des titres grâce à la loi des marchés. En effet, c’est sur les places de marché que se fixent les prix en temps réels en fonction de la loi de l’offre et de la demande. En confrontant ces deux variables, les bourses arrivent à déterminer un prix d’équilibre qui évoluera au cours des séances.

Les marchés organisés obéissent à des règles précises, ce qui permet une certaine sécurisation des transactions, ce qui passe notamment par la création de chambres de compensation. De plus, en France l’AMF est en charge de la supervision très stricte de ce type de marché.

Marché de gré à gré

Les marchés de gré à gré sont des marchés plus « informels » car ils correspondent à des accords bipartites fixés par un commun accord entre les parties. Ces contrats sont passés sur des titres spécifiques dans des conditions préalablement définies. Les règles de fonctionnement n’y sont pas aussi encadrées que dans les marchés organisés. Ces accords sont donc plus souples mais plus risqués car il n’y a pas d’organisme qui gère le risque de contrepartie (en cas de défaut d’un participant à l’échange).

Marché primaire

Le segment primaire des marchés financiers correspond au marché des nouvelles émissions. C’est sur ce marché que les nouveaux titres sont émis et que les entreprises lèvent leurs financements. Souvent cela se passe par syndication bancaire, c’est à dire que les banques centralisent les émissions et se chargent de trouver des souscripteurs.

Marché secondaire

Le segment secondaire des marchés financiers correspond au « marché de l’occasion», c’est à dire les marchés où se négocient des titres déjà existants. Ces négociations peuvent se dérouler sur les marchés organisés tels que les places boursières mais aussi sur les marchés de gré à gré. C’est ce type d’échanges qui favorise la liquidité des titres émis sur le marché primaire.