Gestion active contre gestion passive ?

Le monde de la bourse en ligne peut paraître obscure pour les néophytes. L’une des premières choses à connaître quand on débute, c’est les différents types de gestion. Parmi les nombreuses classifications, la distinction gestion active / gestion passive semble la plus pertinente.

La gestion passive : suivre

En bourse, l’objectif d’une gestion passive est de reproduire à l’identique les performances d’un indice boursier. Pour ce faire, le gestionnaire dispose de plusieurs méthodes.

- 1re méthode, il investit dans un fonds indiciel (FCP, SICAV) : le portefeuille à gérer contiendra les mêmes actions que l’indice. Toute la subtilité du jeu consistera à bien pondérer ces actions dans le portefeuille, en fonction de l’évolution de leurs valorisations.

- 2ème méthode, il investit dans des produits dérivés : les produits dérivés sont des produits dont la valorisation dépend d’un titre ou d’un indice sous-jacent. Cette technique a l’avantage d’être moins coûteuse que la première.

- 3ème méthode, investir dans des OPCVM : un type d’OPCVM nous intéresse, particulièrement, les ETF ou fonds indiciels cotés. Les ETF reproduisent les performances d’un indice. Leur intérêt est leur simplicité car ils fonctionnent comme une action.

executive-510513_1280

La gestion active : battre

Parmi tous les types de gestion, la gestion active est celui qui est le plus naturel pour l’esprit d’un non initié. En bourse en ligne, on parle de gestion active quand le but est de surperformer un indice de référence appelé benchmark. Le benchmark peut être de toutes sortes : indice boursier, indice des matières premières, etc. Il existe 3 approches.

- Growth : il n’y a que le rendement (dividendes) qui intéresse le gestionnaire.

- Value : le gestionnaire profite de la sous-évaluation (d’après ses propres calculs) de certaines capitalisations pour faire ses achats.

- Sectorielle : il concentre ses forces sur un secteur d’activité ou une zone géographique.

Comment réussir ses placements boursiers en 2015 ?

En 2015, il sera possible de faire des placements boursiers fructueux à condition de sélectionner ses valeurs avec soin. Voici quelques conseils pour vous conseillez au mieux dans vos divers investissements pour cette nouvelle année.

Situation et prévisions au niveau Mondiale

En 2014, l’évolution des marchés boursiers s’est déroulée dans un contexte caractérisé par des performances économiques décevantes en Europe et par une économie plus dynamique en Amérique. En effet, l’Europe est plombée par une croissance molle, par des dépenses publiques souvent excessives et par un chômage qui peine à reculer. Or les États-Unis atteignent une croissance de 3 % en rythme annuel et le chômage ne dépasse pas 5 % dans ce pays. En Europe, les économistes pensent qu’en 2015, on peut s’attendre à une stagnation ou à un redémarrage progressif.

En ce qui concerne les pays émergents, on s’attend à ce qu’ils contribuent à une croissance mondiale prévue autour de 3,5 %. Certains d’entre eux notamment en Asie sont déterminés à mettre en place les réformes nécessaires pour assurer la prospérité de l’économie. Toutefois, il convient de se montrer sélectif, car les perspectives de la Russie semblent nettement moins bonnes que celles de l’Indonésie ou de l’Inde. En Chine, le niveau de la croissance est élevé, mais l’on craint une bulle immobilière.

boom-544945_640

Faudra t-il investir dans les obligations ou dans les actions ?

Tout investisseur avisé doit procéder à une sélection rigoureuse des actions qu’il va acheter en choisissant des sociétés saines, intervenant sur les marchés porteurs et dont les actions ont un solide potentiel de progression. Il faut également être très attentif aux deux points suivants :

- Le PER (ou Price Earning Ration) : il s’agit du rapport entre le cours de l’action et le montant du dernier dividende par action. Évitez d’acheter des actions dont le coût par rapport au dernier dividende distribué par la société est trop important sauf si les perspectives de la société sont particulièrement prometteuses.
- L’honorabilité des dirigeants. N’achetez sous aucun prétexte des actions d’une société dont le dirigeant a fait l’objet d’une amende prononcée par l’AMF pour délit d’initié ou pour diffusion d’informations trompeuses.

En fonction de son âge et de ses objectifs, l’investisseur doit arbitrer entre les actions et les obligations. Ces dernières sont certes plus sûres, mais leur rendement est actuellement très faible compte tenu du niveau des taux d’intérêt. Il convient donc de choisir des obligations si l’on souhaite simplement placer son argent à l’abri de l’inflation. Mais, en ce qui concerne les achats d’actions, il faut toujours faire une diversification des risques en évitant d’investir toute son épargne dans une seule société. Enfin, il faut penser aux avantages de la bourse en ligne qui vous permet de faire vos opérations sur Internet avec des frais de courtage nettement réduits. Toutefois il faut d’abord ouvrir un compte dans une société de bourse en ligne.

Les autres types d’investissement

Par ailleurs, l’investissement dans l’or pourra être étudié de près, car le cours de ce métal sera soutenu par une forte demande en Asie. Néanmoins, selon divers analystes, il serait déconseiller d’investir sur l’or en 2015, ce dernier n’étant plus vue comme une valeur refuge. Enfin en ce qui concerne les matières premières et le pétrole, il y a lieu d’éviter d’anticiper une hausse massive des cours.

Qu’est-ce que l’effet de levier ?

Vous souhaitez exercer la bourse en ligne et vous avez entendu parler de l’effet de levier. De quoi s’agit-il ? Comment ça marche ? Voici quelques éléments de réponse.

Effet de levier : de quoi s’agit-il ?

En bourse en ligne, on parle d’effet de levier lorsque l’on doit contracter un emprunt pour investir plus que ses capitaux propres. C’est en fait, la somme que vous empruntez pour investir et qui augmentera vos profits si l’investissement est judicieux.
Par exemple : vous disposez d’un capital de 10 000 € et vous souhaitez mettre cette somme comme enjeu à hauteur de 50 000 €, vous emprunterez donc cette somme avec un effet de levier de 5. Ce chiffre multipliera donc vos gains comme vos pertes.

Bourse concept - Effet de levier

Comment ça marche avec les actions ?

Avec les actions, vous pourrez empruntez jusqu’à 5 fois le capital dont vous disposez au départ. Vous ne pourrez emprunter que pour les actions les plus importantes et votre emprunt sera inversement proportionnel aux risques de l’action (plus l’enjeu est risqué, moins vous pourrez emprunter).

Et avec les options ?

Il est possible également de bénéficier de l’effet de levier en bourse en ligne avec les options, mais dans ce cas, vous pourrez investir jusqu’à 1 000 fois votre capital de base. Cependant, si les gains potentiels sont alléchants, dans le cas des options, l’effet de levier présente un risque non négligé.

Bilan

Qu’il s’agisse d’investir en actions ou en options avec la bourse en ligne, l’effet de levier est un outil puissant qui peut vous faire gagner ou perdre beaucoup. Il est donc indispensable de prendre du temps et des conseils avant de tenter l’impossible.
N’oubliez pas que l’effet de levier est le rapport entre la somme de départ et la somme investie, cela signifie donc que si vous investissez 5 000 € avec un levier de 5 (somme de départ 1 000 €), et que vous perdez, c’est bien 5 000 € et non 1 000 € que vous devrez rembourser. Si vous gagnez, le levier s’applique de la même manière mais à votre bénéfice. Cet outil doit ainsi être manier avec d’infinies précautions.

Combien investir en Bourse ?

Vous venez d’ouvrir votre PEA. Vous vous demandez peut-être combien d’argent est nécessaire pour investir et faire fructifier votre capital ? Voici notre avis. quel capital pour investir en Bourse

Le capital idéal pour investir en Bourse 

Tout dépend de vos objectifs. En effet, pour s’essayer à la Bourse, vous pouvez verser sur votre PEA quelques centaines d’euros. Si vous avez pour objectif de trader, vous devez néanmoins passer par cette étape mais songer à investir plus sérieusement à l’avenir. Les gains sont généralement en accord avec les sommes que vous investissez.

Vous donnez une somme précise n’aurait aucun sens. Cependant, comprenez que plus votre capital est conséquent, mieux sera votre portefeuille d’actions.

Le souci n’est pas de trouver des actions car elles sont, pour leur grande majorité, très abordables. L’handicap d’un capital limité se trouve dans les frais qui s’ajoutent à l’achat et la vente des valeurs boursières. Il faut donc un minimum d’économies pour jouer en Bourse.

Conseils pour jouer en Bourse avec un petit capital

Gérer les risques

Si votre capital est faible, il faut apprendre à gérer les risques pour ne pas perdre d’argent. Détenir plusieurs actions d’entreprises diverses est important pour éviter de perdre trop d’argent si une de ces entreprises chute. Comme nous en avions parlé précédemment, cela répartit les risques. Il faut alors essayer d’optimiser son portefeuille. Généralement, un minimum de 10 lignes d’actions est nécessaire pour équilibrer un portefeuille boursier.

Limiter les frais de courtage pour diminuer le prix de revient 

Les frais de courtage varient selon le choix de la banque sollicitée par le courtier en bourse. L’achat de plusieurs actions en un seul ordre répartit les frais annexes sur les actions. En effet, en achetant une action 20 euros, il faudra vous acquitter d’un montant de 3 euros par transactions (une pour l’achat et une pour la vente), soit 30% de la valeur d’action qui sont donc à récupérer pour pouvoir réaliser un gain.

En résumé

Le montant idéal pour investir en Bourse dépend de vos intentions :
- Soit vous souhaitez détenir un portefeuille équilibré dès le départ et votre capital devra être important,
- Soit vous diversifiez votre portefeuille progressivement et vous pouvez débuter en Bourse avec un capital qui sera beaucoup plus faible.

 

Apprenez à prendre les bonnes décisions : lisez notre article sur comment parfaire vos stratégies d’investissement !